L??il écoute : « Un art de Petit Prince » par Yves Viollier

Lien vers l'article de presse

Lire le texte


Exposition "Chemins"
Musée de La Roche sur Yon
1982



Il y a dix-huit ans maintenant que Raphaël Toussaint peint, sans relâche, entre les quatre murs de son atelier, du matin au soir, dans l’attitude particulière des peintres amoureux du détail, les deux coudes appuyés sur sa table, son petit chevalet devant lui. Il peint comme si il écrivait sur un écritoire.
 
Le pays est reconnaissable entre mille, cette terre de Vendée où Toussaint a germé, les toits roses de ses maisons, les pentes douces des bocages, les rivières si plates qu’on dirait qu’elles ne coulent pas. C’est bon ce silence de la campagne peuplé de cris. Parce que, pour être peuplé, c’est plein de monde chez lui ; qui rame, qui pêche, jacasse, se marie, quand le temps est beau, ou qui patine, se bagarre avec les boules de neige, ramasse son bois, qui, crac ! , passe à travers la glace. C’est le quotidien d’un village qu’on dirait en perpétuelles vacances. Mieux, on se croirait en compagnie d’un peuple de gnomes tout droit sorti de l’univers des contes, qui se taillerait son bonheur de tout, musardant, jouant à l’ombre d’arbres en fleurs, ramant sur des barques, coquilles de noix, avant de s’enfoncer dans le bien-être douillet des maisons. Paysages de rêve : ceux que nous portons tous au fond de nous-mêmes et que nous avons trop vite oubliés.
 
Quand à la technique… Quand on a une technique aussi aboutie que celle de Raphaël Toussaint, c’est du grand art. Rien à voir avec la notion d’apprenti qui a pu longtemps déconsidérer les naïfs. Rien n’échappe à sa peinture au scalpel, pas l’ombre d’un nuage, pas le miroitement d’une feuille. Le « naïf » ne se reconnaît pas à ses maladresses, il est une autre manière de percevoir le monde.

C’est un art de « Petit Prince » s’adressant à sa rose, aux étoiles, aux hommes. Bien sot celui qui baptiserait cela du nom de mièvrerie.
 
La fête est sur la toile, avec les moyens tout simples, de la pirouette et de la pêche à la ligne, aussi facile, aussi évident qu’une boule de neige, aussi extraordinairement complexe que cristaux de neige, aussi froid, aussi chaud, dans son quotidien de merveilles. Voici que nous sommes invités au voyage !
 
 
1982
Yves Viollier - Ecrivain
Extrait du catalogue de l’exposition "Chemins"
50 ans de peinture en Vendée